20181126_144200Le 25 novembre 1960, Patria, Adela, Minerva et Maria Teresa MIRABAL sont assassinées en République dominicaine. Surnommées les soeurs ‘Mariposas’ (= papillons), elles militaient contre un gouvernement sans partage établi dans leur pays par Rafael Trujillo; le dictateur ordonna leur exécutions sous couvert d’un accident de voiture (elles furent massacrées à la machette).

En 1999, l’Assemblée générale de l’O.N.U., adopte la ‘Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes‘. Six ans plus tard, l’Organisation choisit le 25 novembre pour instituer la ‘Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes’. dès lors, à cette date anniversaire de l’assassinat des militantes dominicaines, Gouvernements, O.N.G., Associations, Institutions, Citoyens et Citoyennes de la société civile, s’engagent dans des actions, notamment de sensibilisation aux violences faites aux femmes et plus généralement aux violences sexistes et sexuelles.

Cette urgence de se mobiliser est encore la nôtre aujourd’hui, plus que jamais même. En France, en 2016, 123 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-compagnon, soit environ une tous les trois jours. Chaque année, près de 220.000 femmes subissent des violences de la part de leur conjoint ou ex-compagnon, selon des chiffres 2017 officiels. En outre, plus de 250 femmes sont violées chaque jour, et une sur trois a déjà été harcelée ou agressée sexuellement au travail.

Parce que notre collège souhaite prendre toute sa part, à l’initiative de Madame ELUSSE, Auxiliaire de vie scolaire au collège (et par ailleurs référente de la thématique ‘violences au Planning familial’), et dans le cadre d’une démarche exemplaire (à laquelle les élèves délégués de 3e, en particulier les élèves délégués au Conseil d’administration, Claire et Eliot, ont été associés de bout en bout), les classes de 3e ont travaillé le sujet en vue d’éveiller les consciences aux comportements sexistes et sexuels, aux violences faites aux femmes et aux filles, aux discriminations et violences à l’encontre de toute personne en raison de son sexe, de son genre, de son orientation sexuelles, en vue de déconstruire et inviter à modifier un système social pouvant se montrer inégalitaire et violent.

Eliot et Claire ont poussé leur engagement (et nous les admirons pour cela aussi) jusqu’à participer à la Marche nationale du samedi 24 novembre.

Madame MONTALT, professeur de S.v.t., travaille, de son côté et en parallèle, sur la notion de consentement.

Le combat se poursuit donc et d’autres actions sont en préparation. Affaire à suivre.

2018-11-261

C’est peut-être le signe du changement attendu: pour la première fois au monde, une femme, la générale Alenka ERMENC (slovène) va diriger les forces armées de son pays.

_________________________________________

Pour terminer, petit coin lecture…

2018-11-262