Les Sciences, qui recouvrent en collège et en lycée les Sciences et vie de la Terre (S.V.T.) et la Physique-chimie, ne seraient pas le fort des élèves français. Selon l’étude internationale P.I.S.A., le niveau des élèves français de 15 ans en sciences se situe au même niveau que la moyenne des pays de l’O.C.D.E., loin derrière des pays comme Singapour, le Japon, la Finlande ou la Slovénie. La France se situe ainsi en milieu de tableau de ce classement comprenant 72 pays. L’étude de l’O.C.D.E. est publiée quelques jours seulement après l’étude T.I.M.S.S. qui, elle, a indiqué que les élèves français étaient 22e sur 22 pays européens au classement du niveau en sciences pour des élèves de CM1. En outre, le niveau en maths des élèves de terminale scientifique a fortement chuté depuis 1995.

Mais, rassurez-vous : pour s’améliorer en sciences, plusieurs solutions existent ! En cours, tout d’abord: tenir son cahier impeccablement, bien écouter et surtout faire les exercices demandés. En dehors de la classe, vous pouvez travailler les sciences et apprendre à les aimer de multiples façons. Apprenez à développer votre curiosité en se documentant par tous les moyens possibles ! Allez voir la nature, touchez les plantes, allez au musée, lisez des revues comme ‘Sciences et Vie Junior’. La lecture, les films, les jeux vidéo sont de bons moyens également. N‘hésitez pas à passer à l’action ! Par exemple, si on fait cuire des pâtes et que l’eau bout, essayez de comprendre pourquoi, comment ça se passe d’un point de vue moléculaire, de l’énergie, … Toujours chercher à expliquer les choses. Et, plus largement, il faut essayer de trouver à quoi servent, dans la vraie vie, les notions étudiées.

Le collège Pierre-Jean de Beranger, à travers l’engagement de ses professeurs (Madame MONTALT /S.v.t., Messieurs FAUCHER et GARNIER /Physique-chimie notamment) et les choix d’emploi du temps faits (temps de travail en groupe), s’interroge toujours, essaie de rénover sans cesse ses pratiques en matière des sciences, innove souvent (voir les posts précédents sur ‘Voyage sur Mars’, sur ‘Faucher en plein vol’ …), en plaçant l’élève dans la position d’acteur. Ou, en l’espèce, de chercheur. Autant faire que possible, l’expérience qui souvent ouvre le cours n’est généralement plus conduite par le professeur mais par les élèves. Ce travail préparatoire facilite la poursuite de la séquence en présentant un phénomène. Il s’agit aussi et surtout de faire réfléchir les élèves, de les amener à avancer des hypothèses que l’on va confirmer ou infirmer collectivement par la pratique de la preuve (observation, microscope…) pour faire émerger une loi physique, répondre à un problème scientifique… Puis viennent des exercices pour fixer les connaissances.

2019-04-2522019-04-2412019-04-2432019-04-242